PDF Imprimer Envoyer
QUIDAM


C’est quelqu’un !


Par Jean-Claude Demari


Désinvoltes et nerveux, les Quidam sont une épine de plus à la couronne rock de Clermont. Au printemps 2008, l’album En eaux profondes les a révélés. Enfants de la Coopérative de Mai, ils tournent et créent depuis cinq ans.

Histoires de villes ouvrières et étudiantes : Clermont-Ferrand, depuis la crise de l’automobile, a un petit air de Manchester. Elle est, trente ans après Rennes, une capitale du rock européen. À l’ombre de la noire cathédrale, on trouve une salle déjà légendaire, la Coopérative de Mai, dirigée par le fondateur du Plan à Ris-Orangis, Didier Veillault, ainsi qu’un sacré chapelet d’artistes : les angéliques Kaolin (de Montluçon), les aériens Cocoon, les sulfureux Elderberries, les rappeurs pop Shaolin…alt

On doit, depuis 2004, ajouter à cette liste le power trio Quidam, qui chante dans la langue de Baudelaire (« Nous ne voulons pas nous cacher derrière l’anglais », explique Yannick, chanteur guitariste), sans mégoter sur les mélodies de Radiohead ou les accélérations des Arctic Monkeys (écouter les puissants En eaux profondes, De sang froid et Pars)…

Yannick Demaison, vingt-cinq ans, et Pierre Bogros, trente ans, bassiste, se connaissent depuis leur enfance à Montluçon. À la fac de psycho de Clermont, ils rencontrent en 2003 Romain Carrier, futur batteur de Quidam. « Nous étions là sans bien savoir pourquoi, à part la curiosité intellectuelle, sourit Yannick. La fac nous a vite ennuyés, donc laissé du temps pour la musique… » Les influences mêlées des trois quidams vont de Radiohead à Blur, Pulp, dEUS, Daniel Darc et Bowie, sans oublier Camus et Poe : bonnes pioches ! Commencent quatre années de recherche du son.

En 2004, dès ses débuts (« soutenus par Kaolin, des copains de lycée »), le trio monte sur scène, compose et prospecte grâce au cadre qu’offre la Coopérative de Mai – et aux contacts de Didier Veillault… Il travaille d’arrache-pied en studio et l’on retrouve son titre Nos souvenirs dans la compilation CQFD 2005 des Inrockuptibles. Grâce à cette chanson, un directeur artistique de Naïve  vient voir jouer Quidam à Clermont : signature… Mais le trio ne se précipite pas vers son premier album : il peaufine, arpente les scènes. Les premières parties de Wedding Present, Nada Surf ou The Rakes lui ouvrent les portes des Découvertes du Printemps de Bourges.

Sort, en septembre 2007, un premier quatre titres, sombre et rageur : en juin 2007, Quidam est enfin entré en studio à Bruxelles avec Niek Meul, réalisateur, et Christine Verschorren, ingénieure du son. L’impressionnant En eaux profondes sera enregistré en quinze jours : « Nous voulions tout jouer en live, sur un matériel assez ancien, souligne Yannick. Nous cherchions ce côté dynamique, sans droit à l’erreur. » Pour l’heure, Quidam travaille sur de nouvelles chansons, pas encore expérimentées sur scène : rendez-vous lors des concerts de l’automne.

(Jean-Claude Demari, photo F. Vernhet)


Contact scène : Anso, À Gauche de la Lune, 9, rue du Rempart, 59000 Lille (tél. 03 28 04 56 66).